Coronavirus : pourquoi prendre de l’ibuprofène n’est finalement pas dangereux